The Ptolemaic King and the Jews.
Remarks on the Reception of the Exodus and of Egypt in the Septuagint and beyond

STEFAN PFEIFFER

, par Annick Fenet

Professeur invité par le laboratoire AOrOc.
Mercredi 1er décembre 2021, 15h30-16h30, salle F.


Stefan PFEIFFER, Professeur à l’Université Martin Luther de Halle-Wittenberg

Cycle de 4 conférences Pouvoir lagide et religion en Égypte ptolémaïque : 3/4

The Ptolemaic King and the Jews :

Remarks on the Reception of the Exodus and of Egypt in the Septuagint and beyond

Résumé

[Langue de la conférence : en anglais.]

Les écrits de l’Ancien Testament grec, la Septante, et d’autres textes grecs intertestamentaires de provenance juive ne nous présentent pas une image uniforme de l’Égypte. Elle peut être la « maison de l’esclavage », avec Pharaon comme stéréotype du cruel esclavagiste des Juifs, tout comme elle peut être le pays dans lequel Joseph devient l’adjoint de Pharaon et réduit des Égyptiens en esclavage. Dans l’histoire de la réception, cependant, l’Égypte en tant que « maison de l’esclavage » domine sans aucun doute la perception de la terre du Nil ; après tout, cette image fournit la base du récit de l’Exode, garant de l’identité.

La conférence se concentrera sur le 3e Livre des Maccabées, un texte de la Septante largement ignoré. C’est le seul texte de cette collection dont on peut dire avec une certaine probabilité qu’il a été écrit en grec dans l’Égypte gréco-romaine (entre le 1er siècle avant et le 1er siècle après J.-C.). Le livre présente donc une image de l’Égypte élaborée par un auteur qui a lui-même vécu sur les bords du Nil.

À partir de l’exemple du 3e Livre des Maccabées, on cherchera à montrer, d’une part, la perception que l’auteur juif a de l’Égypte et du Pharaon et, d’autre part, comment il se sert de la tradition de l’Exode pour légitimer le séjour de son peuple en Égypte. Il ne fait pas de doute que la plus grande communauté juive de la diaspora s’était finalement développée à Alexandrie et ailleurs en Égypte. Leur situation, surtout à l’époque ptolémaïque, s’apparentait davantage à celle présentée dans l’histoire de Joseph qu’à celle de l’époque de Moïse, et pourtant c’est la tradition de l’Exode que l’auteur met en avant, alors qu’il néglige l’histoire de Joseph.

La conférence s’intéressera donc à un phénomène intra-antique de réception d’une image juive de l’Égypte qui avait déjà été transmise pendant plusieurs siècles au moment de la rédaction du 3e Livre des Maccabées. Il s’agit de la question des récits et des topoi qui sous-tendent cette image dans leur actualisation et leur utilisation contemporaines.

Responsable : Ivan Guermeur