Thébault Gérard

Urbanisme d’Europos-Doura

, by Jean-Michel Colas

Thèse de doctorat débutée le 21/10/2015
Direction : François Queyrel
École doctorale : EPHE, ED 472
Date de soutenance : 16/12/2019

Contacter Gérard Thébault

Intitulé de thèse :
La création du plan de la ville hellénistique d’Europos-Doura (Syrie)

THÈMES DE RECHERCHE

1. Etudes des techniques et des instruments des arpenteurs-géomètres romains en confrontant les leçons tirées des traductions du Corpus agrimensorum Romanorum à la pratique des géomètres-topographes modernes, plus particulièrement à celle des géomètres- experts fonciers héritiers des agrimensores. Les résultats obtenus fournissent des repères aux autres thèmes de recherches

2. Recherche relative aux techniques de l’arpentage et du génie routier romains grâce à l’étude de la géométrie des tracés des réseaux conservés.

3. Recherche relative au travail des mensores et des metatores romains en procédant à l’analyse géométrique de l’organisation interne des camps et des forts romains et de leurs enceintes. Les textes connus et traduits traitent des camps jusqu’à la réorganisation des l’armée romaine observée au tournant des IIIe et IVe siècles. L’archéologie prend le relai pour en comprendre les conséquences dans la conception du plan des places fortes « tardives ».

4. Etude de l’évolution du plan des villes programmées de l’antiquité à travers celle des savoir-faire des arpenteurs, depuis le tracé raisonné mais hésitant des villes archaïques et en allant parfois au-delà du tracé orthogonal régulier des plans dits hippodamiens. Le plan des villes hellénistiques fortifiées d’Apamée sur l’Euphrate (Zeugma) et d’Europos sur l’Euphrate (Doura-Europos) que j’ai dressés fournissent les repères rigoureux qui faisaient défaut jusqu’alors.

Domaines géographiques

Les plans des villes fortes romaines étudiés proviennent des vestiges présents dans l’ensemble des territoires de l’empire romain, avec des séries homogènes géographiquement comme celles liées au mur d’Hadrien, à la strata diocletiana de Palmyrène ou celle des fortins routiers du désert oriental égyptien (à partir des travaux de M. Reddé).

L’étude des plans des villes hellénistiques s’appuie sur les deux villes citées précédemment et sur de nombreuses publications. Les travaux entrepris sur les vestiges de la ville de Mégara Hyblaea par H. Trésiny prennent une place déterminante dans cette étude ils livrent un plan raisonné non orthogonal qui révèle des indices que l’angle droit va masquer sur les plans dits hippodamiens qui suivront. Le travail des ingénieurs urbains et des arpenteurs devient alors lisible alors qu’aucun texte ancien ne les décrit.

PARCOURS

Les dix premières années de ma carrière de Géomètre-expert foncier m’ont permis d’apprendre, de pratiquer et d’enseigner des disciplines ayant recours à des instruments de mesure directe des distances comparables à celles des arpenteurs romains décrites dans le corpus des agrimensores.

La seconde partie de carrière m’a placé durant trente années en tant qu’ingénieur du génie urbain au cœur des démarches et des opérations de conception et de création d’une ville moderne, au centre de tous les corps de métier qui interviennent et des textes qui régissent leur participation, maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre. Si les rôles étaient distribués d’une autre manière dans l’antiquité, beaucoup de préoccupations étaient comparables : le Nord n’a pas changé, l’eau coule toujours de haut en bas, la recherche du bon sol apporte toujours la stabilité aux fondations des bâtiments, etc. Il reste la dimension humaine qui devient plus évidente en faisant la part des choses entre les réponses apportées aux contraintes qui s’imposent aux maîtres d’œuvre et celles qui relèvent des objectifs du maître d’ouvrage. La rédaction du programme qui précède aujourd’hui celle du projet rassemble tous les aspects que cache le terme de création et les deux facettes de ma vie professionnelle m’aide à lire autrement les vestiges età commencer à faire la part des choses.