Filippo Maria Gambari nous a quittés le 19 novembre 2020, emporté par la Covid-19

, par Agnès Tricoche

Passion, ironie, engagement scientifique, professionnalisme et profonde humanité, autant de mots qui peuvent à peine esquisser la personnalité si riche, sensible et profonde de Filippo Maria Gambari. Le 19 novembre, il a été arraché, hélas bien trop tôt, au monde scientifique, institutionnel, familial, après une lutte contre la covid à l’hôpital Spallanzani de Rome ; à notre plus grand regret et tristesse, la maladie a vaincu.


Directeur du Museo delle Civiltà, Rome, Filippo Maria Gambari, né à Milan en 1954, était un archéologue de renommée internationale, avec une riche carrière scientifique et institutionnelle marquée par plus de 200 publications et son évolution remarquable au sein du Ministero per i Beni e le Attività Culturali où il a occupé des postes à hautes responsabilités : Inspecteur de la Soprintendenza del Piemonte depuis 1979, puis Soprintendente per i beni archeologici dell’Emilia (2010-2014), del la Lombardie (2014-2016), il fut également Directeur du Segretariato regionale de la Sardaigne puis directeur du Parco Archeologico de Erculanum et enfin directeur au Museo delle Civiltà, réunissant le Museo Preistorico Etnografico « Luigi Pigorini », le Museo di Arti e Tradizioni Popolari « Lamberto Doria », le Museo di Arte Orientale « Giuseppe Tucci », le Museo dell’Alto Medioevo « Alessandra Vaccaro » et le Museo Italo-Africano « Ilaria Alpi.

Beaucoup parmi nous ont eu l’opportunité, la chance et la joie de le côtoyer, de travailler et d’échanger avec lui car ses intérêts scientifiques l’amenaient à animer des projets très variés sur l’âge du Fer, la genèse des agglomérations proto-urbaines en Italie du nord (en particulier celle de Castelletto Ticino) l’art rupestre, l’épigraphie et la linguistique préromaine, sans oublier sa passion pour l’étude des boissons alcoolisées et les fromages protohistoriques ou encore celle de la mode antique. Il abordait toutes ces thématiques avec rigueur et passion, toujours dans une perspective internationale et avec le souci continuel de la transmission à travers ses publications, expositions, colloques, enseignements, avis.

Nous perdons non seulement un archéologue de premier plan, un collègue, un directeur, un professeur, mais aussi pour beaucoup d’entre nous un mentor et un ami. Nous exprimons à sa famille et en particulier à Marica Venturino et à son fils tout notre soutien et notre amitié en ce moment si difficile et dramatique.

Un ultimo arrivederci Filippo.

https://museocivilta.beniculturali.it/muciv/